La césarienne extrapéritonéale ambulatoire à la française : vers une césarienne sans douleurs

Dr. Olivier Ami, Groupe Ramsay Générale de Santé, Maternité de La Muette

Dr. Bénédicte Simon, Groupe Ramsay Générale de Santé, Les franciscaines, Versailles

Dr. Richard Benhamou, Groupe Ramsay Générale de Santé, Maternité de La Muette, Paris

Dr. Mathieu Fauck, Centre Hospitalier Robert Bisson, Lisieux

Dr. Luka Velemir, Polyclinique Santa Maria, Nice

Dr. Denis Fauck, Groupe Ramsay Générale de Santé, Lambert, La Garenne Colombes


Disclaimer La césarienne extrapéritonéale selon la technique « French AmbUlatory Cesarean Section » (FAUCS) nécessite une formation auprès d’obstétriciens formés et qui la réalisent déjà en routine. Le compagnonnage est plus que jamais d’actualité. Nous déconseillons de tenter de faire cette technique sans formation pratique.



Histoire de la césarienne extra-péritonéale

La césarienne a pour étymologie (cesaere : "couper") et les premiers témoignages de telles opérations datent de l'antiquité. L'histoire de la césarienne extra-péritonéale, quant à elle, débute au 19ème siècle. Dès 1823, Louis-Auguste Baudelocque décrivait dans sa thèse d’exercice un «nouveau procédé pour l’opération césarienne», avec un abord extra-péritonéal (Baudelocque, L.A., Nouveau procédé pour l'opération césarienne. Thèse 1823. Paris). Ce concept lui était dicté par la constatation d’un taux de mortalité maternelle extrêmement élevé lié à la réalisation de la césarienne à cette époque [Wallace, et al., 1984; Zabransky, 1986; Koh, et al., 1979]. Malheureusement, sa thèse fut refusée par ses maîtres à l'époque car deux écoles s'affrontaient alors : «les césariens» (ceux qui pratiquaient la césarienne) et «les symphisiens» (ceux qui coupaient la symphise pubienne); et en ce temps là, les symphisiens l'emportaient. Par la suite, différentes techniques d’extrapéritonisation de la cicatrice utérine ont été décrites [Botella Llusia, 1950; Botella Llusia, 1950; Norton, et al., 1950; Rustia, 1951; Rabago, 1952; Lorenzola, 1954; Lopez De Uralde, et al., 1958; bayer.h, 1974; Chernukha, et al., 1979], avec ce même souci d’éviter la contamination de la cavité péritonéale par du liquide amniotique infecté [Mokgokong, et al., 1974]. Deux techniques étaient habituellement utilisées : le décollement du dôme vésical, avec les risques de plaies vésicales que cela comportait du fait de l’accolement intime de la vessie à cet endroit, ou l’ouverture en intra-péritonéal pour suturer au-dessus du trajet de l’hystérotomie le feuillet pariétal avec le feuillet viscéral du péritoine, extrapéritonisant ainsi la cicatrice [Wallich, 1921; Maygrier, et al., 1927; Vanverts, et al., 1923]. L’avènement des antibiotiques et la complexité technique relative de l’abord extra-péritonéal ont eu raison de ce genre de césarienne qui n’a gardé que très peu d’indications. De courtes séries ont pourtant été régulièrement publiées sur le sujet [Chernukha, et al., 1982; Joschko, 1974; Mimic, 1990; Durveniashki, et al., 1991; Wang, et al., 1994; Ding, et al., 1997; Crichton, 1973; Hanson, 1978; Hanson, 1984; Imig, et al., 1976; Xia, 1983; Persianinov, et al., 1977], et plusieurs auteurs ont souligné les avantages potentiels d’une césarienne extra-péritonéale en termes de confort post-opératoire des patientes [Riley, 1981; Zabransky, et al., 2001; Zabransky, 1987; Perkins, 1977; Foong, 1980; Haesslein, et al., 1980; Hibbard, 1985; Perkins, 1980; Zhmakin, et al., 1983; Zabransky, 1985; Zaczek, et al., 1982]. En plus de l’abord extra-péritonéal, l’emploi d’une incision aponévrotique paramédiane verticale, régulièrement utilisée en chirurgie vasculaire pour l’abord des gros vaisseaux pelviens et en chirurgie abdominale [Donaldson, et al., 1982; Donaldson, et al., 1982; Gilbert, et al., 1987; Guillou, et al., 1980; Rizk, 1983], pourrait permettre en post-opératoire immmédiat une réhabilitation rapide et moins algique.

La technique décrite en 1996 par Denis Fauck et Jacques Henri Ravina est bien différente de toutes ces techniques réunies, car elle combine un nombre important d’innovations dans la voie d’abord et la réalisation, ne nécessite aucune prothèse ou médicament nouveaux, et s’agrémente des derniers développements scientifiques pour permettre une autonomie plus précoce.

Afin de mieux cerner le risque de dystocie et d'inadéquation entre la taille du bébé et la taille du canal de naissance, nous utilisons une technologie de simulation de l'accouchement à partir d'une IRM réalisée à la fin du 7ème mois et qui ne dure qu'une minute : le SIM37 (SIMulation d'accouchement à 37 semaines d'aménorrhée) de la socété Babyprogress (France). Cela permet d'aborder la question de la voie d'accouchement avec les parents en partant de faits objectifs, et de donner ainsi une information éclairée pour l'accouchement. Pour en savoir plus, visitez : www.babyprogress.fr




Description de la technique

Voir l’article détaillé en anglais décrivant la technique FAUCS et ses résultats : Article en anglais décrivant la technique complète et ses résultats

Sur le site internet de la revue « International Journal of Gynecology & Clinical Practices » : L'open journal en ligne IJGCP

Voir le film sur la réalisation pratique de la technique FAUCS : Technique de césarienne en film

Pour répondre de manière satisfaisante à l’augmentation constante du taux de césarienne qui touche maintenant entre une femme sur 4 en France, notre pratique tend à obtenir un meilleur confort post opératoire avec mobilisation immédiate et une moindre morbidité (mesuré sur une durée moyenne de séjour réduite).

La technique comprend une incision cutanée horizontale basse (au niveau de l'élastique du slip), suivie d'une incision aponévrotique paramédiane verticale, et d'un abord extrapéritonéal para-vésical. Il n'y a pas de sondage urinaire nécessaire. La suture de la tranche utérine est faite en bourse, et la suture cutanée est réalisée au moyen de colle cutanée chirurgicale.

Il s’agit ici d’obtenir une autonomie précoce, et non une réhabilitation précoce : ce n’est pas grâce aux antalgiques très puissants qu’une maman peut se lever et s’occuper de son enfant, mais ici grâce à une réelle réduction des douleurs et de l’impact de la chirurgie sur les grandes fonctions (pas de sondage urinaire, pas de sidération du péristaltisme du fait de la non ouverture du péritoine, mobilité préservée par l’ouverture de l’aponévrose dans le sens du respect de la fonction musculaire, réduction des douleurs par la moindre invasivité et la réduction des décollements).

Lien vers la vidéo présentant les suites d’une césarienne extrapéritonéale : Suites de la césarienne extrapéritonéale avec Paloma Chaumette




Apprentissage de la technique

La technique de césarienne extra-péritonéale FAUCS offre de nombreux avantages du point de vue du confort et de l’autonomie post-opératoire des patientes. Néanmoins, elle se destine à un public de formation obstétrico-chirurgicale et requiert un apprentissage propre. La qualification chirurgicale de l’opérateur doit lui permettre de savoir repérer les structures anatomiques avec certitude. En effet, l’abord extra-péritonéal nécessite le repérage premier de l’artère ombilico-prévésicale, et du triangle dans lequel aura lieu l’hystérotomie sur le segment inférieur. De plus, il doit être capable de reconnaître et de réparer une lésion viscérale survenue au cours de sa phase d’apprentissage (plaie vésicale essentiellement). Enfin, l'opérateur doit être familier des extractions et de la mécanique obstétricale.

Le compagnonnage est fortement recommandé, au moins sur les premiers cas, afin de bien identifier l’anatomie et les principes de cette intervention. La réalisation systématique d’une incision aponévrotique paramédiane verticale au cours de césariennes intra-péritonéales permet également de se familiariser avec cet abord. Le repérage au doigt du cul de sac péritonéal intervésico-utérin et donc de l’abord para-vésical gauche pourrait également être réalisé à ce moment. La suture en bourse de la tranche utérine peut s’apprendre lors de césariennes classiques.

Les 7 opérateurs qui ont pratiqué régulièrement cette technique étaient tous de formation chirurgicale, avaient effectués au moins une centaine de césariennes par les techniques classiques, et étaient parfaitement autonomes et à l’aise pour les extractions fœtales. La rapidité d’apprentissage de la technique était clairement corrélée au niveau d’expérience de chacun et à l’habilité manuelle, avec moins de cinq césariennes pour devenir autonome avec cette technique pour un gynécologue ayant plus de 15 ans de pratique gynécologique chirurgicale, et une vingtaine de césariennes encadrées pour 2 jeunes gynécologues finissant leur internat de gynécologie-obstétrique. Deux gynécologues en début de post-internat ont requis moins de cinq césariennes en compagnonnage, et des conseils oraux pour des situations particulières dans moins d’une dizaine de cas.

Notre équipe est ouverte à la formation de tout collègue qualifié qui en ferait la demande auprès de l’un d’entre nous.




Quels sont les praticiens actuellement répertoriés et formés à cette technique ?

Voici la liste (non exhaustive) des praticiens qui se sont formés et qui pratiquent régulièrement la césarienne extrapéritonéale FAUCS :

Dr Olivier Ami
4 rue de Sontay
75116 Paris
Tél : 01 45 00 78 12
Web : docteurolivierami.fr
mail : olivier.ami@cnpgo.org


Dr Denis Fauck
71 Avenue Jean Jaurès
78500 Sartrouville
Tel : 01 30 86 29 00


Dr Richard Benhamou
58 Rue Eugène Eichenberger
92800 Puteaux
Tel : 01 49 06 17 42


Dr Mathieu Fauck
28 Avenue F de Kergorlay
14800 Deauville
Tel : 02 31 14 33 00
Mail : cabinetgynecologiedeauville@gmail.com


Dr Alexandre Lazard
6 rue Rocca
13008 Marseille
Tel : 04 91 75 86 70
Site : gynecomarseille.com
gyneco.rocca@gmail.com


Dr Bénédicte Simon
76 Avenue de Paris
78000 Versailles
Tel : 01 39 50 58 05
web : docteurbenedictesimon.com/


Dr Luka Velemir
22ter Boulevard Dubouchage
06000 Nice
Tel : 04 93 79 68 55
Site : www.drvelemir.fr/


Dr Israel Hendler
Department of Obstetrics and Gynecology
Sheba Medical Center
Ramat-Gan
Israel
Sackler medical school tel aviv university israel
Tel : +972 52 6666 409
web : www.hendler-md.co.il




Pour la préparation à la naissance par césarienne extrapéritonéale :

Chez Julie, Sage-femme et Cie
Madame Julie Douchez
17 Rue Gerhard Prolongée
92800 Puteaux
Tel : 06 67 96 53 88
RdV : prendre rendez-vous en ligne
Site : Sage femme et Cie




For preparation in Israel :

Sivan Navot
Physical-Therapist and birth educator (Private practice)
44 Ben-Gurion st. Herzliya, and 9A Ha'Barzel st.
Tel-Aviv
Israel
Phone : +972-52-6623666
Website : www.physiotherapy.co.il


Nous contacter

Vous êtes gynécologue-obstétricien(ne) ? Contactez-nous si vous souhaitez vous former :

01 45 00 78 12

Vous pratiquez déjà cette technique avec un nombre de cas supérieur à 50 ? Rejoignez-nous !

01 45 00 78 12





Ils en parlent aussi :

IDKIDS : La césarienne extrapéritonéale, la césarienne du futur ?

Au féminin : Accouchement par césarienne extrapéritonéale

Magicmaman : Césarienne extrapéritonéale : la césarienne du XXIe siècle

Le site du Dr. Bénédicte Simon à Versailles (Les Franciscaines): Césarienne extra péritonéale, confort, moins douleureuse

Forum etreenceinte.com : Césarienne extrapéritonéale

Doctissimo : A celles qui ont eu une césarienne extra péritonéale modifiée

123 cesarienne : La césarienne extrapéritonéale modifiée

Baby.be : La césarienne extrapéritonéale, révolution médicale

je-suis-enceinte-magazine : Accouchement par césarienne: la césarienne extra-péritonéale

Le site du Dr Luka Velemir à Nice : La césarienne

L'Express Styles : Comment vivre sa césarienne sereinement ?

PARENTS.fr : La césarienne étape par étape

Association Césarine : Techniques de la césarienne - L'opération

Unbb3.0 : Une Césarienne sans douleur, c'est possible !

Allodocteurs : Comment mieux vivre sa césarienne ?

NotreFamille.com : Cesarienne-extraperitoneale - post 462825